Usage

RITES ET CÉRÉMONIES

Ci-dessous vous trouverez un aperçu des moyens les plus courants de la façon dont l’ayahuasca est prise.
Apprenez plus sur l’importance de savoir comment et où les forte substances psychoactives comme l’ayahuasca sont prises.

LA GUÉRISON TRADITIONNELLE AMAZONIENNE

ceremony
Cérémonie chamaniste d’ayahuasca
Un chaman est une personne qui est un expert dans les états de conscience modifié et qui entre dans ces états pour soigner les patients. Typiquement induite par une combinaison de plantes psychédélique et de musique, la transe chamanique permet de percevoir une partie de ce qui peut ne pas être aperçu dans des états de conscience normale. C’est généralement réalisé dans le but de guérir, de divination ou de communication avec le monde des esprits.

Décidemment, l’ayahuasca est un outil chamanique, et peut être même le plus important. Selon de nombreux curanderos indigènes (guérisseurs), beaucoup de leurs connaissances botaniques provient directement de l’ébriété d’ayahuasca. Dans les sessions de guérison, qui ont généralement lieu la nuit et à des jours fixes de la semaine, il y a environ quatre à huit patients. Le rituel commence vers huit ou neuf heures dans la soirée et peut durer jusqu’à sept heures. Elle se déroule dans la maison du chaman ou leur ‘clinique’ dans l’obscurité totale, ce qui stimule l’élément visionnaire de l’ayahuasca.

Le chaman boit l’ayahuasca pour pouvoir voir la cause spirituelle de la maladie du patient. Parfois, le patient en boit aussi. La plupart du temps, le chaman chante des icaros ou des ‘chant de pouvoir’ pour inviter des bons esprits et d’effectuer la guérison. Parfois, les patients sont invités à s’asseoir avec le chaman, qui ensuite chantera doucement pour chacun d’entre eux.

Le tabac est un outil important dans cette tradition, en collaboration avec le chapada. La fumée de tabac est soufflée sur le patient et l’ayahuasca dans le but d’attirer des énergies positives. Lechapada est utilisé comme on utiliserait un instrument de percussion, en battant l’air avec un intervalle régulier. D’autres outils sont différents parfums, de l’encens, des crécelles, des cristaux ou d’autres objets. Le jour après la guérison d’ayahuasca, en général il y a lieu un peu plus de traitement individuel impliquant d’autres plantes médicinales.

Si vous voulez en savoir plus sur le chamanisme et l’ayahuasca, nous vous recommandons de lire Singing to the Plants, un ouvrage ethnographique sur le chamanisme mestizo en Amazonie, par Stephan Beyer, publié en 2009.

L’ÉGLISE DE SANTO DAIME

daime
Des dames Daime recueillent les feuilles de chacruna
daime
D’énormes casseroles sont utilisées pour brasser les plantes
daime
De la danse et des chants après avoir bu le sacrément

Fondé au début des années 1930 par Raimundu Irineu Serra, le Santo Daime est probablement la tradition d’ayahuasca le plus célèbre. C’est une croyance chrétienne idiosyncrasique, avec l’utilisation d’une plante enthéogène (‘manifestant le dieu intérieure‘) natif. Cela est intéressant à la lumière de l’inquisition d’il y a quatre siècles environs, qui a également menée à une éradication quasi totale de chamans (d’ayahuasca) et leurs cosmologies. Cela a été alimenté par les autorités opérant au nom du catholicisme.

Ils nomment l’ayahuasca Daime et c’est leur sacrement pendant les soi-disant trabalhos (travaux ou sessions). A part du brassage même, tous les rituels se déroulent dans une salle fermé et pleinement éclairée, dirigée par le padrinho. De nos jours c’est une tradition très répandue, avec de nombreux centres au Brésil et plusieurs autres en Europe.

Bien que Santo Daime ait quinze types de sessions allant de 4 à 800 participants, ils font la distinction entre cinq sessions principales. Les concentração (concentrations ou méditations) ont lieu deux fois par mois. La décoction est prise par toutes les personnes présentes au début de cette session habituel et, généralement, il y a un autre service plus tard. Le concentração dure environ deux heures pendant lesquelles les participants s’assoient en silence. Avant et après cette période de silence, il y a de la prière et du chant. Habituellement une session commence à huit heures le soir et dure environ six heures.

La cura est une autre session courante focalisée sur la guérison. La session a habituellement la même durée que le concentração et Daime est deux fois plus long. Un livre a pour sujet les hymnes chantés lors des rituels cura.

Santo Daime ont des sessions de fête à des dates fixes, y compris Noël, le Jour de l’An et parfois des mariages et des anniversaires. Ils dansent et chantent alignés dans des formations classés, avec un groupe de personnes qui jouent de la guitare et parfois d’autres instruments, comme une l’orgue électrique ou la flûte ou de la clarinette. De nombreux participants secouent lemaraca, fabriqué à partir d’une boîte en aluminium avec des graines à intérieur. Les sessions festives durent généralement onze heures environ et ont lieu au cours de la nuit. Daime est servi jusqu’à cinq fois pendant la session. Après le deuxième service, il y a une pause, au cours duquel les participants se rendent à l’extérieur et se détendent.

Parfois, un petit nombre de participants ont une session intime, appelé trabalhos de estrela, référant à la table en forme d’étoile au centre de la salle dans laquelle toutes les séances ont lieu. Ces sessions se concentrent sur la maladie de quelqu’un et des chants pour guérir ont lieu. Il y a aussi un autre type de session qui se déroule rarement, une missa (masse) pour les morts.

Tenues à l’extérieur, le cinquième type de session est la préparation de l’infusion, appelé feitio. De grandes doses de Daime sont servis au cours de ce rituel, dans laquelle les hymnes sont chantés et la vigne d’ayahuasca est recueillie et battu avec un marteau par huit à quatorze hommes. Le chacrona a été recueillies et nettoyé par les femmes avant le feitio . Aidé par les membres de la communauté, le padrinho est celui qui fait la decoction et qui décide sur la méthode de préparation et les quantités des ingrédients.

L’église Santo Daime est connue pour ses hymnes, ou hinos, qui sont dit d’êtres reçu du monde astral sous l’influence de Daime, par le padrinho ou d’autres membres éminents. Ce sont les seuls enseignements écrits de cette église et ils forment la base des sessions. Fonctionnellement, ils peuvent être comparés aux icaros des chamans, des chansons chantées par le chaman pour soutenir le buveur dans son voyage spirituel.

UNIÃO DO VEGETAL

udv
L’un des nuclei UDV au Brésil
La plupart de la description suivante est copié, avec la très aimable autorisation de l’auteur ‘Ayahuasca, une Kritik der psychedelischen Vernunft’, un livre allemand écrit sur l’ayahuasca par Govert Derix, un philosophe des Pays-Bas.

L’União do Vegetal a été créée le 21 Février 1961 à Porto Velho Rondonia, Brésil par José Gabriël da Costa, un tapeur de caoutchouc. En travaillant dans les champs de caoutchouc, il a pris connaissance des Indiens en Bolivie qui l’on initié à l’ayahuasca. Le rituel qui a évolué à partir de ses idées est répétée chaque premier et chaque troisième samedi du mois dans tout le Brésil par environ dix milles hommes et femmes. Il y a lieu environ 40 à 50 rituels toutes les demi-années pendant lesquels de l’ayahuasca est servi, en général dans des doses plus douces quedaime.

Les séances ont lieu sous la direction d’un chef (‘Mestre‘), qui distribue le thé et guides le collectif et l’expérience individuelle. Ceci est pour la plupart fait par des chants de chamadas, des chants spéciaux sur l’origine de l’ayahuasca, sur la signification des effets de l’ayahuasca (qui s’appelle burracheira) et sur la signification de la vie d’un ayahuasqueiro (quelqu’un qui boit régulièrement). Les gens écoutent de la musique et il existe la possibilité de poser des questions au chef et d’adresser le groupe.

Comme le Santo Daime, l’UDV gagne en popularité parmi tout les milieux avec des centres, appelé nuclei, dans toutes les grandes villes du Brésil et plusieurs à l’étranger. «União» signifie «union», et réfère de façon rudimentaire à l’unification de principes apparemment déconnecté. Un simple exemple est l’unification des différentes plantes utilisées dans le brassage. Dans l’UDVBanisteriopsis caapi est appelé mariri et représente le pouvoir. Psychotria viridis est appelé chacrona et représente la lumière. Un autre exemple est l’unification de principes masculin et féminin. Les membres de l’UDV réfèrent à différents types d’unification, et specialement l’unification avec l’univers dans sa totalité en buvant du vegetal, l’ayahuasca, avec la phrase ‘fazer a ligação‘, qui fait la connexion.

Comme de nombreuses autres religions, l’UDV a programmé ses rassemblements et festivités dans un cadre annuel. Ils ont lieu dans une salle fermé et éclairé où les participants s’assis dans des fauteuils. Les plus importants rassemblements sont les sessões de escala, les sessions de l’échelle, qui ont lieu chaque premier et chaque troisième samedi du mois. Ils commencent à partir de huit heures du soir, et finissent à minuit et quart.

A part des sessions officielles il y a des sessions pendant les jours de fêtes chrétiennes (Noël, Pâques), pendant les jours de plusieurs saints chrétiens (Saint-Jean, Saint-Pierre), pendant l’anniversaire du fondateur de l’UDV, pendant l’anniversaire de la date de fondation de l’UDV, pendant la fêtes des mères et la fêtes des pères, et au cours du Réveillon, la transition vers la nouvelle année. Les ayahuasqueiros expérimentés ont également des sessões instrutivas, des sessions d’enseignements, pendant lesquelles les buveurs explorent les aspects plus ésotériques de l’UDV. Le dernier type de session est le preparo, dans laquelle le vegetal est préparé et, comme le Santo Daime feitio, bu.

Les sessions officielles qui ont lieu chaque premier et chaque troisième samedi du mois utilisent le programme suivant:

  • Boire l’ayahuasca ensemble (20.00h)
  • Focus sur l’effet du thé (jusqu’à environ 21.00h)
  • Le leader de la cérémonie commence à chanter le premier Chamadas pour guider les gens dans le procès de faire la connexion
  • Expérimenté l’effet du thé, possibilité de s’adresser au groupe et de poser des questions, d’écouter de la musique pop avec un message et de chanter des Chamadas (jusqu’à 23.30h)
  • Le maître chante plusieurs Chamadas d’adieu (vers minuit)

BARQUINHA

barquinha
Rituel Barquinha
Fondée en 1945 à Rio Branco, Brésil, cette église combine des éléments de la religion afro-brésilienne Umbanda et le Santo Daime. Le nom signifie “petit bateau”, référant au bateau que le fondateur, Frei Daniel Pereira de Mattos, a vu dans une vision. Dans son esprit, il représente le voyage spirituel. Barquinha a plus de rituels que Santo Daime et l’UDV, et apparemment ils servent une décoction qui est plus puissante aussi.

Dans certaines sessions qui sont fondées sur des rituels d’Umbanda, des membres Barquinha, souvent habillés en uniformes de marins, entrent en transe et “intègrent” des esprits. Au cours de certaines sessions, le gira est effectué, une danse en forme de cercle prise de la tradition Umbanda. Trois fois par ans, il y a un pèlerinage, ou romaría, impliquant un maximum de trente jours de sessions de nuit avec de l’ayahuasca. Dans les sessions non-festives des salmos sont chantés par un chantre et le reste, en position assise, se joint pour les refrains. Ces hymnes sont généralement beaucoup plus longs que ceux du Santo Daime.

RITUELS HYBRIDES ET AYAHUASCA EN OCCIDENT

Outre les églises, d’autres rituels d’ayahuasca se sont développés avec le temps. Des groupes et des gens du pays d’origine de l’ayahuasca travaillent avec cette plante guérisseuse au sein de diverses pratiques spirituelles et thérapeutiques.

Beaucoup d’occidentaux qui ont rencontré ces traditions ont été inspirés. Nous n’avons pas seulement pu constater une augmentation du tourisme ayahuasca en Amazonie, mais également des chamans ont été invités à voyager à travers le monde pour guider des rituels.

Certains occidentaux se sont entraînés eux-mêmes avec des chamans indigènes ou mestizo et ils ont commencé à conduire leurs propres cérémonies. Il n’y a plus besoin de voyager en Amazonie désormais pour participer à des cérémonies d’ayahuasca.

Ici vous pourrez lire advantage sur les différentes traditions (modernes) de consommation d’ayahuasaca.