Recettes

De préparer la décoction est une tâche qui demande généralement beaucoup de temps, de patience et de soins. Pour ceux qui néanmoins considèrent la possibilité, voici quelques-unes des méthodes de préparation pour donner une idée de ce que la préparation implique. Les ingrédients nécessaires peuvent facilement être achetés en ligne à des sites web comme
Azarius
.

NATEMA LA RECETTE DE NATEMA SHUAR

Les chamans Shuar (uwishin) divisent un morceau de tige Banisteriopsis caapi de 1 – 2 mètres de long en petites bandes. Ils placent les bandes dans un pot ensemble avec plusieurs litres d’eau. Ensuite ils ajoutent des feuilles de Diplopterys cabrerana, une espèce Herraniade, l’Ilex guayusa, Heliconia stricta, et un Malpighiaceae non identifiés connu sous le nom de mukuyasku. Le mélange est bouilli jusqu’à ce que la plupart de l’eau soit évaporée et qu’il reste un liquide sirupeux. Les Kamsá, Inga, et Secoya font des préparations similaires.

B. CAAPI & M. HOSTILIS RECETTE – PAR UN MEMBRE ANONYME DU FORUM EROWID FORUM

L’utilisation de Banisteriopsis caapi dans cette recette est basée sur le principe que: a) une infusion de B. caapi et (généralement) P. viridis est la décoction traditionnelle de l’Amérique du Sud, b) le caapi est particulièrement important car, traditionnellement, le caapi lui-même est considéré d’être ‘l’ayahuasca’ tandis que les plantes contenant du DMT sont tout simplement des aides, et c) le caapi et l’expérience qu’elle prévoit est plus souple, plus sûr, et plus ‘sage’ que celle produite parPeganum harmala (syrian rue). B. caapi est moins imprévisible et plus contrôlé, un enseignant plus fiable et plus savant.

Après avoir examiné vos intentions, avoir fait vos recherche et avoir suivi le régime alimentaire, rassemblez:

  • 50 grammes de Banisteriopsis caapi (vigne entière, pas broyé/poudré)
  • 12 grammes d’écorce de racine Mimosa hostilis (non déchiqueté ou poudré.) [Voyez Note 1]
  • vinaigre blanc
  • de l’eau distillée
  • 4 pots en acier inoxydable [Voir la note 2]

Étapes

  1. Enveloppez le caapi dans une serviette et brisez le avec un marteau jusqu’à ce qu’il soit déchiqueté. Poudrez le Mimosa avec un moulin à café ou de déchiquetez le à la main.
  2. Dans une casserole, mettez le mimosa, une cuillère à café de vinaigre, et environs un litre d’eau.
  3. Dans une autre casserole, mettez le caapi, et une quantité similaire d’eau et de vinaigre.
  4. Laissez mijoter pendant 2-3 heures ou jusqu’à ce que le niveau d’eau devient minimal. Évitez que ça bouilli- Ca devrait être juste suffisamment chauffé pour ne pas bouillonner. Parlez de vos intentions à la décoction pendant le brassage, écouter les sons qu’elle fait. Ne la laissez pas sans surveillance, si vous devez faire quelque chose de différent, éteignez la cuisinière.
  5. En gardant le mimosa et le caapi séparer, filtrez chacun à travers un tissu (par exemple un t-shirt) jusqu’à ce que le brassage devient clair, probablement 4 ou 5 fois. (Un excellent moyen pour faciliter le filtrage est d’attacher un t-shirt avec de la bande adhésif sur un pot vide, ce qui vous laisse deux mains libres pour verser le brassage. Le t-shirt deviendra rapidement bouché, donc pour chaque filtre, vous devez utiliser une nouvelle section du tissu.) Mettez l’infusion de mimosa dans un pot pour le mimosa, la caapi dans un pot pour le caapi, et réduisez les deux; Souvenez vous de ne pas les faire bouillonner.
  6. Répétez les étapes 2-5 à trois reprises, en gardant le mimosa et caapi séparés. Le matériel végétal doit être bouilli un total de trois fois avec à chaque fois de l’eau fraiche et du vinaigre, la décoction filtré est gardée séparée et réduite à feu doux pendant que vous faites le deuxième et troisième lavage. Cette méthode demande quatre pots, à moins que vous l’étendiez sur plusieurs nuits.
  7. À ce stade, vous aurez un pot qui contient les trois lavages de mimosa, réduite, et un autre pour le caapi. Chaque dose ne doit pas être inférieure à une demi-tasse et ne pas dépasser une tasse. (Une décoction moins concentré à meilleur goût, mais vous laisse avec plus à boire.) Mettez-les dans le réfrigérateur pendant la nuit.
  8. Le lendemain, retirez le mimosa refroidi prudemment du réfrigérateur. Par un t-shirt comme filtre, verser le liquide; éviter de perturber les sédiments sur le fond du récipient. Vous n’en avez pas besoin. IL NE FAUT PAS faire ceci avec le caapi réduit, si vous avez correctement filtrée, votre thé devrait être assez propre. Il devrait devenir clair lorsqu’il est chauffé, et avoir une couleur violacée, un peu comme le vin rouge.
  9. Une fois que vous avez fait cela, vous avez la possibilité de combiner le mimosa et le caapi ou de boire le mimosa après le caapi. Secouez le caapi pour faire en sorte que tout le sédiment se trouve dans le thé et non sur le fond du récipient. Chauffez le thé, et buvez le chaud chaud.

Il est suggéré que deux doses soient brassées pour chaque personne. Si vous ne pouvez pas garder le thé dans votre estomac et vous purgez prématurément, vous avez alors une autre tasse à boire.

Soyez reconnaissants pour l’expérience, peu importe ce qui se passe. Il ya toujours des leçons à tirer, si la décoction “marche” ou pas, si vous avez un “bon” voyage ou un “mauvais” voyage.

Cette recette est un peu plus complexes que les recettes qui demandent de la syrian rue, mais l’utilisation de vrais vigne au lieu de syrian rue vaut la peine. C‘est est un peu plus cher, mais même avec l’utilisation de B. caapi, une dose sera encore toujours moins coûteux que de nombreux autres hallucinogènes.

  • Note 1 – Cinquante grammes de feuilles P. viridis peuvent aussi être utilisés à la place du mimosa. Si vous poursuivez ce chemin, les lavages complétés devraient être mis dans un récipient ou un pot au réfrigérateur jusqu’au lendemain au lieu d’être réduit immédiatement.
  • Note 2 – Assurez-vous que vos pots sont en acier – pas de l’aluminium et absolument pas de Teflon. Après avoir fini un lavage (étape cinq), vous pouvez réduire le thé brassé en faisant le reste des lavages, cependant si vous n’avez pas quatre pots, il est possible de faire tout dans un pot. Le mimosa et le caapi peuvent être combinés dans un pot tout au long du processus de fabrication et de réduction. Si vous le faites comme ceci, vous devez étaler le brassage sur plusieurs nuits; la réduction doit être fait APRES que les sédiments s’installent pendant la nuit dans le réfrigérateur, comme dans l’étape huit. Vous pouvez réduire le mimosa, puis enlever les sédiments après l’avoir laissé dans le réfrigérateur sans affecter la qualité de votre thé. Vous ne pouvez pas faire cela avec caapi.
  • Note 3 – Commentaire de nos lecteurs sur l’utilisation de vinaigre : il est déconseillé d’utiliser du vinaigre de vin ou balsamique. Nous pensons qu’ils contiennent de la tyrosine, ce qui peut être problématique. Nous avons utilisé du vinaigre de vin pour notre thé et nous avons eu des problèmes d’estomac.

 

UNE AUTRE RECETTE

Cette recette circule sur le web et a probablement été développé à partir de recettes utilisées dans l’Équateur et le nord de Pérou.

  • 50 grammes de vigne B. caapi fraiche par personne.
  • 85 grammes feuilles P. viridis fraiche par personne.
  1. La vigne ayahuasca est complètement écrasée et placés entre les couches suppléantes des feuilles P. viridis Le brassage est bouilli doucement pendant 4 heures.
  2. Le liquide est recueilli.
  3. En utilisant le même matériel de plante, le pot est rempli de nouveau avec de l’eau fraiche, et doucement bouilli pendant 4 autres heures.
  4. Le liquide est de nouveau recueilli.
  5. Le matériel de plante peut maintenant être jeté
  6. Chacune des deux quantités de liquide sont combinés et doucement cuites afin de concentrer l’ayahuasca, jusqu’à un montant qui soit buvable par dose.
  7. Pendant que l’évaporation et la concentration ont lieu, des soins devraient être pris pour assurer que l’ayahuasca ne soit pas trop cuites, ce qui causera la dégradation des ingrédients actifs et qui provoquera aussi une caramélisation des sucres contenus, résultant en une décoction finale très épaisse.

 

 

pan
Vigne et feuilles près pour être bouillies