Mythologie

L’HISTOIRE TUKANO- 1ÈRE DESCRIPTIONRALPH METZNER, PH.D. OF THE GREEN EARTH FOUNDATION

snakes
Les serpents sont très commun dans la mythologie d’ayahuasca
snakes
Plus de serpent mythologiques

Le peuple Tukano de la région Vaupés en Colombie dit que les premiers gens sont venus du ciel dans un canot serpent, et Père Soleil leurs avait promis une boisson magique qui les reliraient avec les pouvoirs rayonnants du paradis. Alors que les hommes étaient dans la ‘Maison des eaux,’ en train d’essayés de faire cette boisson, la première femme est allé dans la forêt pour donner naissance. Elle est revenue avec un garçon rayonnant de lumière dorée, dont le corps elle frotta avec des feuilles.

Cet enfant lumineux était la vigne, et chacun des hommes ont coupés un morceau de cet être vivant qui est devenu leur part de la lignée de la vigne. Dans une variante de ce mythe du Desana (de la même région), le serpent canot venait de la Voie Lactée, emportant un homme, une femme, trois plantes et pour le peuple – du manioc, du coca et du caapi. Ils l’ont également considéré comme un don du Soleil, une sorte de récipient pour la lumière or-jaune du Soleil, qui a fourni des règles sur comment vivre et comment parler pour les premières personnes. (Metzner 2006)

L’HISTOIRE TUKANO- 2ÈME DESCRIPTION – DR. R.E. SCHULTES AND DR. A. HOFMANN

Il y a bien, bien longtemps il vivait parmi les Tukanos une femme, la première femme de “création” qui noyait des hommes dans des visions. Pour les Tukanos la copulation est une expérience visionnaire dans laquelle les hommes sont ‘noyés dans des visions’.

La première femme est tombée enceinte du dieu-soleil qui l’a imprégné par l’œil. L’enfant est né dans un flash de lumière. La femme, dont le nom était Yaye, a coupé le cordon ombilical et a frotté le corps avec des herbes magiques et a ainsi formé son corps. L’enfant est devenu connu sous le nom de Caapi, une plante narcotique, qui a vécu pour devenir un vieil homme. Il préserve ses pouvoirs hallucinatoires jalousement, son Caapi, qui est la source dont laquelle les hommes Tukanos ont reçu leur sperme.

Le mythe raconte essentiellement l’histoire du mariage alchimique, dans lequel les femmes et les hommes cherchent l’union avec le dieu-source, la puissance divine de la création. Ainsi, l’expérience religieuse a donc toujours un caractère sexuel. Pour citer Schultes et Hofmann: Pour l’Indien, ‘l’expérience hallucinatoire est essentiellement une expérience sexuelle … pour le rendre sublime, de passer de l’érotique, le sensuel, à une union mystique avec l’ère mythique, l’étape intra-utérin est l’objectif ultime, atteint par peu mais désiré par tous.’

AUTRES MYTHES

Extrait de ‘Rencontres avec la Vine Sacré de l’Amazonie’ par L.E Luna & S.F White:
‘La plante ayahuasca a son origine dans le mythisme: soit il s’agit de l’union incestueuse du Père Soleil et sa fille, ou de la connaissance secrète du domaine subaquatique, ou le cadavre d’un chaman, ou la queue d’un serpent géant qui rejoint le paradis et la terre. Ces divers groupes indigènes croient tous que la vigne visionnaire est un véhicule qui rend le primordiale accessible pour l’humanité. ‘

‘Un exemple de ce phénomène est le mythe de Desana (transcrit par G. Reichel-Dolmatoff) du Canoë-Serpent descendant de la Voie lactée avec les premiers habitants du monde, qui est transformé dans le Canoë de Feu Haute Rivière en portant le peuple yagé (ayahuasca ).’

‘C’était une femme. Son nom était gaphi mahso/Femme Yaje. Ca s’est produit au début des temps. Dans le début des temps, lorsque le Canoë-Anaconda descendait dans les rivières pour installer l’humanité sur toute la terre, la Femme Yaje apparat. Le canot était arrivé à un endroit appelé dia vii, la Maison des Eaux, et les hommes étaient assis dans la première maloca (une sorte de refuge central du village) quand la femme Yaje est arrivée. Elle était debout en face de la maloca, et la elle a donné naissance à son enfant; oui, c’est la où elle a donné naissance.

La Femme Yaje a pris une plante et s’est nettoyé elle-même et l’enfant. Il s’agit d’une plante dont le dessous des feuilles est rouge comme du sang, et elle a pris ces feuilles et elle a nettoyé l’enfant avec. Les feuilles étaient rouges brillant, et ainsi était le cordon ombilical. Il était rouge et jaune et blanc, brillant fortement. C’était un long cordon ombilical, un gros morceau. C’est elle la mère de la vigne yaje.’