Chimie

harmine
Image 2D d’une molécule d’harmine
dmt
Image 2D d’une molécule de diméthyltryptamine

L’ayahuasca est aussi complexe que la chimie et la psychopharmacologie peuvent êtres. Il existe une unique vaste gamme de sources botaniques et une quantité infinie de méthodes de préparation, généralement impliquant des composés psychoactifs que nous avons tout juste commencer à comprendre scientifiquement, comme le DMT et le 5-MEO-DMT. Les sources de plantes, les processus chimiques et les actions psychopharmacologiques décrits ci-dessous sont ceux qui sont généralement considérés comme les plus remarquables.

BANISTERIOPSIS CAAPI

Les principaux composés actifs dans B. caapi sont les alcaloïdes Harmine, harmaline et tetrahydroharmine. Ils appartiennent tous au groupe des β-carbolines, ce qui implique qu’ils sont des inhibiteurs de MAO. Harmine a d’abord été appelée ‘télépathie’. Plus tard, des scientifiques ont découvert qu’ils avaient déjà trouvés le même composé dans les graines de P. harmala, et ‘télépathie’ est donc devenue obsolète.
Dans les recettes des Indiens de l’Amazonie, la liane elle-même est généralement l’ingrédient principal. Des tests de différents échantillons ont trouvé 20 à 40 mg, 144 à 158 mg, et même 401mg de β-carbolines par dose. D’autres alcaloïdes trouvés dans B. caapi sont Harmine-N-oxyde, harmaline méthylène d’acide, acide harmaline, harmaline amide acétyle-norharmine et ketotetrahydronorharmine.

L’harmine et d’autres inhibiteurs de MAO préviennent la dégradation de neurotransmetteurs monoamines en inhibant l’action des enzymes des monoamines-oxydases. A part de la création d’une voie pour les tryptamines autrement oralement inactifs, cela rend certaines substances nocives, notamment la tyramine et le tryptophane. Ces composés sont présents dans de nombreux types d’aliments, comme le fromage et les fruits mûrs.

PSYCHOTRIA VIRIDIS ET DIPLOPTERYS CABRERANA

Le composé actif principal dans les feuilles de P. viridis et D. cabrerana est l’alcaloïde indole éthylamine n,n-Diméthyltryptamine. Des tests de différents échantillons de décoctions amazoniennes ont trouvé 25 à 36 mg de N, N-DMT par dose. Il a une structure similaire à la sérotonine et a donc des affinités pour plusieurs récepteurs 5-HT2 sérotoninergiques. Le DMT est, comme le LSD, un agoniste partiel sur le récepteur sous-type 5-HT2A. Lorsque les humains prennent le DMT oralement, le DMT est converti en aldéhydes inactifs par les enzymes monoamine-oxydase endogènes.

Les β-carbolines dans la vigne temporairement inhibent la production de cette enzyme, permettant le DMT d’atteindre les parties sensibles tout en restant actif. Ceux-ci sont situés a l’intérieur du système nerveux près de la plupart des zones riches en sérotoninergiques, y compris le néocortex (principalement le cortex préfrontal, pariétal et somatosensoriel) et le tubercule olfactif. En dehors du système nerveux, des récepteurs 5-HT2A sont présents dans les plaquettes sanguines (fragments de cellules, circulant dans le sang, qui sont impliquées avec la coagulation) et dans certains muscles.

Lorsqu’il est inhalé par un vaporisateur ou bong, le DMT donne des effets prononcé sans l’intervention d’un IMAO. Il en va de même pour l’utilisation par la voie parentérale (renifler), qui est une tradition importante de la tribu Yanomamo (voyez la page Yopo de Wikipedia). L’inhalation provoque des effets qui durent jusqu’à 30 minutes. L’insufflation nasale de DMT provoque une expérience qui dure jusqu’à 60 minutes. L’utilisation orale de DMT, après une quantité correspondante d’IMAOs, provoque une expérience d’au moins 3 heures. L’utilisation par voie intraveineuse et intramusculaire est efficace sans un IMAO.

Contrairement à P. viridis, D. cabrerana ne contient pas seulement du DMT (entre 0,17% et 1,75% des feuilles), mais aussi du N-methyltryptamine, 5-Meo-DMT, de la bufotenine et N-méthyltétrahydro-β-carboline. Les tiges contiennent approximativement le même ensemble, à l’exclusion de bufotenine. Le 5-MeO-DMT ((5-méthoxy-Diméthyltryptamine) est, comme le DMT, un agent psychédélique.

DMT

Le statu quo de DMT dans la science, en dépit des propriétés visionnaires des composés, est que le DMT est un sous-produit du métabolisme. À la lumière d’une expérience d’ayahuasca, cette conclusion évidemment demande plus de recherche scientifique. Puisque le DMT est tout aussi illégal que le LSD et l’héroïne, de faire de la recherche sur le DMT est un processus difficile.

Dr. Rick Strassman, un professeur à l’Université de l’école de médecine du Nouveau-Mexique, a réussi à survivre la jungle bureaucratique de la FDA, la DEA et d’autres autorités. En 1991, il a commencé la première version officielle de recherche psychédélique aux Etats-Unis depuis 1970. En 2001, Strassman a publié ses conclusions dans le livre ‘DMT: The Spirit Molecule’.

DMT est constamment produit dans le corps et c’est probablement impliqués dans le processus de rêver. DMT est aussi une des rares substances qui peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique. Pratiquement rien n’est connu sur la manière dont l’extrême activité psychédélique du DMT fonctionne vraiment.

Ces jours-ci le DMT est utilisé de plus en plus par des psychonautes, également sous sa forme fumable. Ils utilisent des extraits botaniques difficiles à obtenir, faits d’ Acacia spp. ou de Mimosa hostilis, qui sont assez pur pour contenir suffisamment de DMT pour être actifs par inhalation. Si l’on fume les feuilles non-purifiées ou d’autres matériel végétal contenant du DMT, en général de nombreux prise sont nécessaires pour atteindre même le plus léger types d’effets. Cela laisse l’utilisateur épuisées avant que les effets commencent.

Une autre option est le changa, une mixture à fumer dans laquelle des herbes (concentrés) contenant DMT et IMOA sont mélangées. Il n’y a pas de recette unique de changa, et les gens produisent leur propre mélange. Une expérience au changa dure un peu plus longtemps qu’une expérience classique de DMT. Elle aurait également un effet plus profond.

Un exemple d’une extraction de DMT est décrit ci-dessous. S’il vous plaît noter que l’extraction de DMT, en plus d’être une procédure de chimie potentiellement dangereuse, est illégale dans la plupart des pays.

EXTRACTION DE DMT

    1. Brisez 1 livre d’écorce de vigne Mimosa hostilis en 2 morceaux et broyer le tout dans un mixeur, par petite quantité.
    1. Extraction polar: Mélangez dans un pot en plastique: 1 quart de vinaigre blanc et 3 quarts d’eau. Mettez le Mimosa broyé dans une mijoteuse (crockpot) de 3 litres, puis replissez-la avec l’eau et le vinaigre. Mélangez bien et mettez la mijoteuse en marche sur température ‘élevé’. Après 2 heures, retirez le couvercle de la mijoteuse et versez la majorité du liquide dans un large verre ou dans un récipient en acier inoxydable d’un gallon (environ 3,75 l.) Ajouter le reste de la solution d’eau-vinaigre à la mijoteuse. Mélangez bien et mettez en marche sur température ‘élevée’.
    1. Après 2 heures, retirez le couvercle, et versez tout le liquide dans le même récipient. Éliminez les fibres de l’écorce et gardez les deux extractions combinées dans le récipient d’un gallon. Permettez les particules végétales de se reposer au fond du récipient pendant la nuit. Le lendemain, versez le liquide dans une cruche de vin d’un gallon en faisant attention de ne pas amener la boue végétale du fond. Jetez la boue végétale et gardez le contenu du pot.
    1. Basification: Mélangez en avance une solution de: 5 cuillère à soupe (63 grammes) d’hydroxyde de sodium (soude caustique ou NaOH) avec 1 pinte (environ 0,5 l.) d’eau tiède. Mélangez bien. Ajoutez cette solution lentement à la cruche de vin, puis fermez le pot avec un bouchon ou couvercle. Secouez doucement la cruche de vin en le penchant de droite à gauche pendant 1 minute pour mélanger le contenu.
    1. L’extraction non polaire: : Ajoutez 250 ml de naphta VM&P (d’Ace Hardware) à la cruche de vin. Ajouter juste assez d’eau chaude à la cruche pour élever le niveau du liquide jusqu’à un pouce du dessous de la cruche, puis fermez le pot. Secouez doucement la cruche de vin en le penchant de droite à gauche pendant 5 minutes pour mélanger le contenu. Laissez le pot se reposer sur une table pendant au moins 4 heures. Deux couches devrait maintenant être visibles dans la cruche, une foncée en bas de la cruche et une plus clair sur le dessus. Utilisez une poire à jus pour collecter la couche clair dans un bocal à conserve. Faites attention de rien aspirer de la couche foncée.
    1. Précipitation-congélateur: placez le bocal fermé dans un congélateur pendant 3 jours afin de précipiter les cristaux. Préparez une installation de filtre en plaçant un entonnoir dans un bocal à conserve et mettez dedans un filtre à café en papier. Secouez fortement le naphta dans le bocal pour bien remuer tous les cristaux du fond et versez rapidement, le liquide encore froid, dans l’entonnoir pour le filtrage. Des cristaux de DMT jaune-blanc impure seront vus sur le filtre à café. Permettez les cristaux d’entièrement se sécher sur le papier filtre dans l’entonnoir.
  1. Laver: Préparez une solution de lavage en mélangeant dans un récipient d’une pinte (0,5 L) des parts égales d’eau distillée et d’hydroxyde d’ammonium claire non savonneuse. Versez lentement 100 ml de la solution de lavage sur les cristaux (toujours dans le papier filtre) pour les laver. Retirez le filtre de l’entonnoir, étalez-le à plat et permettez les cristaux de se sécher complètement. Vous allez maintenant avoir 2,5 grammes de cristaux blancs de DMT, l’équivalent d’au moins 50 fortes doses.

PHALARIS ARUNDINACEA

Cette plante est aussi appelé alpiste roseau et est une des rares sources de DMT que vous pouvez trouver dans la nature au Pays-Bas. Peu de recherches ont été faites sur comment exactement utilisée cette plante comme source botanique de DMT pour une analogique d’ayahuasca. Jim DeKorne, auteur de ‘Psychedelic chamanisme’, est actuellement une des rares personnes qui a publié des informations sur la manière comment P. arundinacea peut être transformé en une substance administrables. Son idée de l’extraction d’alpiste roseau est la suivante:

  1. Pulvériser l’herbe coupée
  2. Ajoutez de l’eau, ‘suffisamment pour en faire une soupe’
  3. Acidifier jusqu’à environ 5 pH
  4. (Facultatif) Laisser mijoter la soupe acidifiée dans une cocotte pendant la nuit, en empêchant le liquide de s’évapore. (‘Ca peut prendre deux ou trois de ces opérations avant d’obtenir toutes les alcaloïdes en solution’)
  5. Passez la matière végétale à travers une étamine, puis à travers un filtre à café en papier.
  6. Ajoutez 10 à 15% de la masse de la solution dans un ‘solvant dégraissant’, comme le chlorure de méthylène, l’éther, le chloroforme, ou le naphta.
  7. Agitez vigoureusement
  8. La saleté ira dans le solvant, laissant le bon dans l’eau.
  9. Séparez l’eau du solvant.
  10. Ajoutez une base à la solution aqueuse par petites augmentations jusqu’à ce que le niveau de pH soit environ 9 ou 10. Cela convertit les alcaloïdes en leur base libre’ (de l’anglais ‘free base’).
  11. Extrairez quatre fois avec 10% de la masse de la solution du solvant organique. Attendez 24-heure après la première extraction, puis une semaine après chaque autre extraction. La couche du solvant prendra une teinte plus foncée, généralement jaunâtre ou rouge-brun. Ca prendra presque un mois pour extraire tous les alcaloïdes, et la solution doit être secouée au moins deux fois par jour entre les extractions.
  12. Laissez le solvant s’évaporer des fractions des extraits combinés. Vous avez maintenant les alcaloïdes.

Dans une publication ultérieure de ‘The Entheogen Review’, DeKorne offre plus de renseignements sur l’extraction de Phalaris:
‘Le dernier scoop est que vous n’avez même pas besoin d’utiliser des extractions chimiques – faite passer plusieurs poignées d’herbe dans un pressoir d’herbes de blés (vendu dans la plupart des magasins d’aliments naturels) et vous vous retrouvez avec environ un verre de liquide incroyablement puissant. Une cuillère à café (après avoir pris un inhibiteur MAO bien sûr), est une dose standard avec de l’herbe puissante. Seulement deux cuillères à café, s’est révélé d’être une épreuve très difficile pour l’un de mes correspondants – une overdose! Le jus peut être séché et fumé dans un bong – en général deux coup font l’affaire.’